Essai clinique Startrk-2

13 août 2016

Je ne sais pas si Spock et James Tiberus seront présents avec moi sur le vaisseau Enterprise pour cette nouvelle saga mais pour ma part, je suis content de vous annoncer que mon Oncologue me propose une inclusion dans un essai clinique très prometteur qui sur ses premiers tests a obtenu 79% de réponses objectives.

Mercredi prochain je suis hospitalisé pour une biopsie de la tumeur afin de lancer des analyses ADN qui permettront de vérifier la compatibilité de ma tumeur avec l’essai clinique concernant l’Entrectinib. Mes échantillons vont partir pour San Diego et être analysés par Ignyta, laboratoire de recherche médicale. Si le test moléculaire convient, je serai un des 400 patients sur cette planète à bénéficier de cet essai clinique.

Le cancer de la prostate est une maladie hétérogène, mais les traitements actuels ne se basent pas sur une stratification moléculaire. Les chimios et autres traitements « globaux » ne peuvent agir sur tous avec le même résultat. Les différents traitements que j’ai suivi pendant 4 ans m’ont permis de gagner du temps mais n’ont pas corrigé l’origine du problème.
Dans une cellule normale, lorsque l’ADN est endommagé, soit la cellule répare les dommages, soit elle meurt. Dans les cellules cancéreuses, l’ADN endommagé n’est pas réparé et la cellule ne meurt pas comme elle le devrait, elle continu à produire de nouvelles cellules dont le corps n’a pas besoin. Ces cellules possédant un ADN anormal vont entrainer la croissance de la tumeur et la prolifération des métastases.

Les chercheurs ont émis l‘hypothèse que les cancers de la prostate métastatiques résistants à la castration et comportant des défauts de réparation de l‘ADN pourraient répondre à un traitement ciblé en réarrangeant les gènes déviants. Bien entendu cette molécule n’agit que sur certains gènes d’où l’analyse précis de la tumeur pour valider la participation du patient. Autrement dit, ma contribution à cet essai clinique ne sera entérinée qu’après les résultats de l’analyse.

Comme toute l’équipe soignante qui me suit je mets beaucoup d’espoir dans cet essai clinique. Toutefois, le fait de ne pas correspondre pleinement aux attentes du laboratoire de San-Diego ne ferme pas complètement les portes et le fait d’avoir cette analyse moléculaire de mon ADN, qui sera conservée 15 ans, ne peut qu’ouvrir d’autres propositions d’essais cliniques.

La pause dans la rédaction de ce blog prend fin aujourd’hui et je vous promets une information la plus régulière et documentée possible.

4 commentaires :

  1. Bonne nouvelle! je suis vraiment trés content pour toi, il faut y croire! bon courage pour la suite du parcours,je suis de tout coeur avec toi. Amicalement.didier

    RépondreSupprimer
  2. En effet, c'est une très bonne nouvelle, et je vais sans doute suivre avec attention la suite des événements. Courage pour l'attente des résultats.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour "tête de Turc" ou plutôt "fort comme un Turc" !
    J'admire votre force de caractère et votre sens de la dérision dans cette lutte contre la maladie. Mon père est votre frère d'arme dans ce combat.
    Permettez-moi de vous apporter tout mon soutien.
    Je vous souhaite une complète et très prochaine guérison
    Bien sincèrement
    Jacqueline

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à vous. Je viens de découvrir votre blog et suis de tout cœur avec vous.

    J'ai 57 ans et travail comme ingénieur d'affaire en informatique. En 2007 on m'a trouvé un adénocarcinome Gleason 8 scintigraphie en arbre de 'Noel. C'est le Pr Debre qui me l'a diagnostiqué. PSA 64. Métastases pulmonaires ( petites) et rachis / bassin.

    Immédiatement Docetaxel ET hormonothérapie ( Enanthone ) ET radiothérapie par un médecin formidable, le dr Beuzeboc de Curie ( et aussi Cochin à l'epoque ).

    Je ne me suis pas arrêté de bosser et grâce au casque , j'ai gardé mes cheveux mais perdu tout autre pilosité. Le PSA S.effondre a 0,09. En 2010, légère remontée du PSA et je passe sous ATU au Zytiga et Xgva avec Enanthone toujours.

    Depuis 4 mois , Gros problèmes. Tumeur pelvienne (tres rare malheureusement, metas pulmonaires et hépatiteques et rachis)Je résume pour faire court : récidive avec NSE . Je passe sous Cabazitaxel. Adieu Zyriga. J' ai pleuré en l'arretant.

    Ma survie médiane devrai tourner entre 6 mois - si l'aspect NSE et petites cellules dominé - à 30 mois si le Jevtana est efficace chez moi. Comme j'avais bien supporté l'autre taxan, le Docetaxel, j'ai mes chances.....

    Je reprend le boulot après deux mois d'arret pour les quatre premières séances du produit Sanofi....


    Je vais suivre votre essai ca me passionne et qui sait, c'est peut être notre porte de sortie de ce cauchemard pour tous ceux qui ici sont affectés par cette maladie.

    Merci de votre esprit, je suis un trekkie aussi et j'admire votre esprit scientifique et explorateur .

    Je ne signe pas avec mon prénom qui est trop unique, et m'identifierai immédiatement '. Mais je suis près à vous communiquer mail ou téléphone si un contact est envisagé.

    A tres bientot

    RépondreSupprimer