Le mea culpa d’une infirmière Américaine.

1 janvier 2017

Le Huffington post a publié sur son site le texte d’une infirmière atteinte d’un cancer et qui d’un coup d’un seul se rend compte qu’elle n’avait rien compris aux patients qu’elle suivait.

http://www.huffingtonpost.fr/lindsay-norris/tout-ce-que-je-navais-pas-compris-sur-mes-patients-atteints-de/

Elle est gentille l’infirmière, mais vu l’étendue de son mea culpa, elle est surtout bien mal avisée et mal formée. Pour être plus direct, elle nous prend un peu pour des cons. Pourtant, tous les sujets soulevés par cette personne n’en reste pas moins intéressant à développer et pourquoi pas du point de vue d’un malade.

Je vous propose de reprendre au fil de mes futurs écrits les différents sujets abordés.

L’attente insupportable du diagnostic et des résultats d’examens, les non-dits des toubibs, les autres rdv pour compléter ce qui n’est pas pris en charge, les recherches sur Internet de solutions ou de réponses, mais aussi, la crainte de faire peur, comment parler à son entourage son conjoint, ses enfants, comment préparer une séparation définitive ou développer un avenir hypothétique, les regards apitoyés des autres, des proches et des moins proches, l’exclusion du travail, des amis, la culpabilité, les questionnements sur soi-même, la gestion de la fatigue, le "courage", les modifications du corps, comment vivre sa déchéance physique, l’impression de devenir dingue, les sauts d’humeur…

Je ne vous garantis pas de tout traiter dans l’ordre car, bien évidemment, il y a l’actualité de mon voyageur clandestin qui prime, mais il me semble tout à fait possible d’associer les deux.

Commençons l’année en douceur en restant sur ce nuage qui accompagne les lendemains de réveillons, même si le mien était plutôt sobre et modeste. Bonne année 2017 à tous et à bientôt pour de nouvelles lectures.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire