Les Antilles, championnes du monde du cancer de la prostate grâce au pesticide Chlordécone

28 novembre 2014

Il s’appelle Léo CAPTANT, il réside dans la commune de Sainte Anne Département de la Guadeloupe (ile en forme d’ailes de papillon) Né en 1943 il est âgé  de 71 ans. Tout aurait pu être rose, sur l’ile aux belles eaux mais depuis huit ans, Léo est atteint d’un cancer de la prostate métastasée sur les os.

Rappelons au passage que les Antilles sont championnes du monde du cancer de la prostate, en termes de pourcentage de la population. Le responsable serait parait-il d’après certains le  Chlordécone, un pesticide utilisé durant des années, officiellement jusqu’en 1993, pour combattre les insectes parasites de la banane. Nos autorités sanitaires ont validé l’usage de ce puissant poison. Du coup, le sol et le sous-sol de nos Antilles ont été infectés. Désormais la population porte dans ses gênes cette faiblesse et est devenu par ces épandages massifs, une population à risque..

Interviewé par Marc, président de l’association CerHom, Léo déclarait qu’il ne se considérait pas comme malade. Pour lui, tout va bien car depuis toujours il a décidé de vivre jusqu’à plus de 100 ans et il n’y a aucune raison que cela change. Prudent, cela ne l’empêche pas de prendre assidument les médicaments prescrits par le Docteur Lababidi Oncologue au CHU de Pointe à Pitre Guadeloupe.
Il précise qu’il ne rajoute aucun complément à son traitement ni ne fait l’objet d’une médecine parallèle.

Sur le plan professionnel, Léo a initialement été comptable de 1966 à 1986 avant de se reconvertir comme tenancier de la première rhumerie qu’il avait lui-même créé à NANTES de 1986 à 1999. Puis, toujours en 1999, âgé à 56 ans, il survolait le circuit de la route du rhum et par un vol régulier, traversait l’atlantique destination  Guadeloupe pour s’occuper de sa mère très malade. Après sa disparition il était employé dans le bâtiment de 2004 à 2008, tout en faisant en parallèle une formation dans les plantes. En 2008, diagnostiqué Cancer prostatique métastasé sur les os, il décidait de travailler comme jardinier paysagiste, chose qu’il continue de faire aujourd’hui en raison de ses faibles revenus. Seul changement depuis la déclaration de son cancer pour se préserver, il limite ses déplacements, pour ne travailler que dans les alentours en prenant soin de boire beaucoup d’eau.

Sur sa pathologie, pendant une période, il avait des suées nocturnes peu importantes qu’il qualifiait de simplement gênantes. Attribuant ses suées à l’andropause, elles passaient pratiquement inaperçues en journée car il transpirait, trop occupé à la tâche.
Depuis, il a oublié le nom des précédents médicaments prescrits. Actuellement, son traitement est :

- Xtandi,
- Emantone 11,25 tous les trois mois (injection)
- Xgéva 120ML en tous les mois les mois (injection)

Les capsules qui lui étaient prescrites avant Xtandi, lui imposaient des horaires d’absorptions contraignantes en rapport aux repas. Xtandi est un vrai confort pour lui, déclare-t-il.
Il n’a jamais connu aucun effet secondaire.
Léo n’a, non plus, jamais connu la douleur et persiste à dire qu’il ne se considère pas comme malade.
Il tient à souligner le travail de son Oncologue le Docteur LABABIDI qui le suivait au CHU de Pointe à Pitre avant de finalement être muté au CHU de la Martinique.

Enfin sur son quotidien. Léo vit seul depuis le décès de sa mère. Il conduit sa voiture, fait ses courses et assure normalement ses repas l’entretien de son linge de sa maison et de son jardin. Il a même internet et jongle avec sa messagerie prétextant qu’ayant été comptable, il ne pouvait que demeurer « connecté ».

Léo est le premier adhérent de CERHOM à être domicilié à la Guadeloupe (Antilles Françaises) il méritait un clin d’œil d’autant qu’il est devenu pour les adhérents de CERHOM, malades de cancer de la Prostate métastasée sur les os, un véritable icône.
Cerise sur le gâteau il est passé d’un PSA de 1009 à aujourd’hui 0,23.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire