Quand X-Tandi nous quitte

27 janvier 2015

L'année dernière j'ai découvert votre blog et depuis je le lis régulièrement. J'ai été inquiet de ne pas vous lire en début d'année. Puis il y avait votre réaction aux évènements Charlie que je partage naturellement. Bon, je me disais, Tête de Turc est toujours combatif, on continue donc. Mais votre dernier mot m'a incité à vous écrire pour vous témoigner de ma solidarité dans votre lutte personnelle.

Nos situations sont un peu similaires: après avoir épuisé toute la pharmacopée existante nos cancers se sont déclarés hormono-résistants et nous avalons quotidiennement nos quatre gélules de X-Tandi avec peu d'espoir de pouvoir encore essayer grande chose d'autre.

J'ai changé récemment de centre: j'ai quitté Clérmont Ferrant pour l'institut Bergonié à Bordeaux qui est plus près de mon domicile. Aussi je voyais que mon oncologue était arrivé au bout de son latin en me prescrivant des séances de radiothérapie palliative et une reprise de la chimio. Le nouveau oncologue voulait d'abord vérifier la justification d'une radiothérapie par un IRM (c'était plus que justifié!) On m'a délivré toute la puissance des rayons en une seule séance au lieu de dix et c'était efficace. Puis il m'a prescrit un vieux camarade que je croyais inefficace depuis longtemps, le Zoladex. << Le Zoladex est à vie! >> m'a-t-il dit. En effet, depuis, la courbe ascendante de mon PSA s'est un peu aplatie. Puis il veut me donner de l'Xgeva... bref, on n'est plus dans l'offensive mais dans la défense totale.

Chaque fois que mon cancer apparait à la surface de ma conscience, j'essaye d'inspirer lentement et de l'expulser avec le souffle. Cela ne va rien changer mais je garde l'impression d'être toujours un acteur dans la lutte.

Christian

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire