Une semaine à courir derrière son cancer

9 février 2015

La forme et le moral au plus bas, m’ont un peu laissé atone devant mon ordi à chaque fois que j’ai voulu rédiger un billet pour le blog depuis un certain temps. Il y a un temps pour se complaire dans cet état léthargique et un autre où il faut réagir. J’en suis arrivé à être autant ankylosé des membres que de la tête.

La vie ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie. (Sénèque).
 

J’ai donc commencé à bouger un peu hier en cassant le sol en bois de la douche qui comme un vieux pont de bateau, avait subi trop de tempêtes. Je ne m’étais pas trompé sur la qualité de la colle à l’époque où j’avais construit cette douche « Italienne » et c’est à grand coup de masse et de burin que j’ai attaqué ces travaux. Evidemment, je me fais mal mais au moins je bouge et le résultat est là, mes bras sont devenus plus mobile qu’avant.
Aujourd’hui, séance de kiné. Il y a quelques mois, c’était uniquement concentré sur le drainage lymphatique des jambes. De ce côté-là, il y a eu une nette amélioration, nous sommes passés aux massages de confort avec en deuxième partie, un voyage au pays des petites mains dans un fauteuil de massage Qui pendant un bon quart d’heure vous pétri des pieds à la tête.

Comme ça arrive environ tous les six mois à mon stade, je vais passer une semaine d’examens en tous genres pour dépister des indices qui devraient permettre à mon onco de justifier le choix de la suite du traitement.
Nous commençons demain par les examens sanguins et ensuite, toute la série des imageries médicales, scintigraphie osseuse, scanner…
Le lendemain visite chez l’oncologue pour faire le bilan de tous ces points et du PSA qui grimpe afin de trouver un protocole de remplacement à l’enzalutamide (Xtandi) qui m’a lâchement laissé tomber. Comme je l’ai précisé dans un précédent message, la pharmacie de mes toubibs n’est pas inépuisable et nous allons surement droit vers une nouvelle cure de chimio. J’espère me tromper. Reprendre une saloperie qui va me torturer et m’affaiblir pour un résultat incertain ne me réjouit guère.

A très court terme, j’envisage de voyager plus loin que nos escapades habituelles et ne pourrais le faire dans le cas de la chimio.

Alors haut les cœurs, lâchez moi tous vos pensées positives pour trouver un de ces nouveaux traitement expérimental qui me tienne un an au moins comme le dernier l’avait fait. Après nous verrons.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire