Neutrophiles à 2%

13 juillet 2015

Samedi matin, de nouveau des problèmes de dysenterie et une grosse fatigue. Je me lève et me bouscule, comme d’habitude et décide de rendre visite à mon médecin traitant pour lui soutirer une bonne recette afin de me soulager de ces maux.

Au récit de mes aventures il décide de m’envoyer directement au labo du coin pour des examens complémentaires. Et là comme un plafond sur la tête, j’apprends qu’il ne me reste que 2% d’immunité. Autrement dit, les batteries sont à plat et si on éternue à proximité de mon humble personne, je risque une pneumonie foudroyante.

Interdiction de sortir de chez moi, interdiction d’ouvrir ma porte à qui que ce soit, surveillance accrue de la température trois à quatre fois par jour. A la moindre alerte (plus de 38°) je dois contacter d’urgence l’interne de garde à l’ICM. Pour me remonter sans me vider je n’ai pas droit aux fruits et légumes, même pas une fois par jour. Il faut que je me remonte en puisant les vitamines dans les pâtes, le riz et les patates.

Aujourd’hui, lundi, confirmation de la chute de l’immunité et décision est prise de m’injecter du Zarzio qui aurait dû être prescrit au lendemain de ma dernière cure de chimio pour éviter cette chute.

Le produit n’est pas disponible en pharmacie, il faut le commander. La livraison ne pourra se faire avant mercredi fin d’après-midi. Demain nous sommes le 14 juillet et c’est férié, tout est fermé, y compris la pharmacie de l’hôpital. Une fois de plus il faudra que le patient fasse preuve de patience.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire