Hommage à toutes les infirmières du monde

21 décembre 2015

Ma femme fait une sieste. Dans une heure elle se réveillera, mettra sa blouse et sera prête pour aller travailler.
Les outils et les objets dont elle a besoin pour effectuer son travail seront vérifiés minutieusement, ses cheveux et son maquillage se fera rapidement. Elle va se plaindre qu'elle est affreuse. Je vais être en désaccord, avec insistance, et prendre avec elle une tasse de café.

Elle sera assise sur le canapé et va essayer de boire tout en jouant joyeusement avec notre fils.

Elle me parlera très peu; se raidissant en silence pour le changement à venir. Elle pense que je ne le remarque pas.

Elle va embrasser notre enfant, m’embrasser moi et partir pour aller prendre soin de gens qui vivent le pire jour de leur vie. Accidents de voiture, blessures par balles, explosions, brûlures et fractures – experts, pauvres, prêtres, toxicomanes ou prostituées- peu importe qui vous êtes et ce qui vous est arrivé. Elle prendra soin de vous.

Elle reviendra à la maison 14h plus tard et enlèvera ses chaussures qui ont marché sur du sang, de la bile, des larmes et le feu et les laissera dehors. Parfois elle ne voudra pas en parler. Parfois elle sera impatiente d’en parler. Parfois elle rira jusqu’à pleurer, et parfois elle ne fera que pleurer- mais indépendamment de cela, elle sera prête pour y retourner.

Ma femme est une infirmière. Ma femme est un héros.

Si Facebook est parfois rempli de commentaires de haine et de violence, il est aussi, et heureusement, un lieu virtuel propice aux déclarations d’amour et de gratitude. En témoigne ce post d’un Américain d’Alabama, Bobby Wesson, qui a publié une photo de son épouse infirmière endormie, accompagné d’un beau message d’amour et de soutien.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire