1 an de plus avec mon cancer

21 avril 2016

Il y a deux jours, j’ai soufflé les traditionnelles bougies qui marquent le passage dans le temps. Chaque année est devenue une victoire. A mon âge, un grand nombre de personnes préfèrent ne pas faire cas de ce chiffre symbolique qui augmente inexorablement, ce n’est pas mon cas, bien au contraire.

Je ne vais pas vous écrire de nouveau un sujet sur le temps mais il est indéniable que cela reste une hantise pour tous les malades du cancer. Ce mot reste synonyme de mort presque certaine ou du moins de sursit indéfini.

Un an de plus en pleine période de chimio et de douleurs. 1 an de plus avec ce compagnon de voyage qui s’installe et se propage régulièrement, malgré les différents traitements qui pour le moment ne servent qu’à repousser ce temps qui m’obsède.

C’est le moment de ne plus remettre au lendemain ce qui peut agrémenter le quotidien. Fin avril, départ pour la Sicile. Enfin un voyage, un vrai avec du dépaysement. Les voyages plus exotiques ou plus éloignés ne peuvent pas se programmer en période de chimio qui me laisse à peine 2 semaines de confort une fois les effets secondaires dissipés. Quand le projet de voyage devient une réalité, il est plus facile de se plier aux obligations du traitement, il est moins douloureux et adouci par l’esprit qui déjà vagabonde. Pour le moment je n'ai en tête que ce que j’ai lu sur les guides mais je nous imagine aisément au volant de notre Fiat 500 de location traverser les champs d’orangers pour découvrir cette nature atypique, la vallée des temples, de Palerme à Syracuse en passant par l’Etna , Taormina la perle de la culture sicilienne et le marché de Catane. Je ne vous parle pas de la gastronomie de l’île qui a la réputation d’être une des meilleures du monde.

Pour le moment ce ne sont que des images et des textes, mais ça fait déjà parti du voyage. S’il n’y a pas de désirs affutés, le plaisir perd un peu de sa saveur.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire