Assurances, banques et cancer.

06 juin 2016

Les assurances et les banques, c’est bien connu, sont nos meilleurs partenaires et au-delà de ce concept, elles s’engagent très souvent sur de l’humanitaire et du social. La BNP, ma banque, est d’ailleurs partenaire de la ligue contre le cancer.

Comment cela se concrétise avec ses clients malades ?

Mon expérience me permet de vous exposer comment cette banque joue entre le mépris, les mensonges pour finalement arriver aux menaces et tout étouffer le jour où le client a suffisamment de preuves de leur incompétence. Bien évidemment, ça ne les empêchera pas de recommencer le même manège quelques mois plus tard, parce qu’en plus ils sont amnésiques.

Comme tous, j’ai eu un ou plusieurs prêts pour investir dans mon domicile ou mes véhicules, et comme tous j’ai souscrits une assurance pour chaque prêt sur les risques d’arrêts de travail, d’invalidité et de décès. J’ai signé la proposition d’assurance de groupe que ma banque me proposait. Donc l’assurance et la banque sont la même entreprise avec le même logo.

Et c’est là que l’aventure commence.

Je ne rentrerai pas dans les détails fastidieux de prise en charge des prêts par l’assurance qui grâce à l’incompétence de mon chargé de clientèle de la BNP a mis environ 9 mois avant de voir le premier remboursement.

Je suis en ALD comme beaucoup de mes compagnons d’infortune. Les Affections Longue Durée, ont ceci de particulier que dans la majeure partie des cas elles débouchent sur une fin de vie. Dans ce cas de figure, on peut penser que l’assurance va simplement respecter cette période de soins palliatifs et de respect du client qui traverse une période où chaque minute est un besoin tranquillité. Il faut noter que le dossier médical à fournir pour lancer les indemnisations est très complet et précis. En terme clair ils connaissent très bien les détails de ma pathologie.

Cette collaboration en tant que mécène avec la ligue anti cancer doit leur donner l’idée que leur don va créer des miracles et il y a peu, j’ai été convoqué chez un médecin expert auprès des tribunaux pour vérifier mon état de santé, des fois que mon cancer ce soit transformé en mauvaise grippe ou que je sois passé par Lourdes, puisque c’est le seul endroit pour les adeptes qui y croient où le miracle de la guérison peut se faire.

Bien entendu, ce médecin, à la consultation de mon dossier a été atterré et je crois qu’il ne pourra pas se prononcer sur un espoir de guérison dans l’état actuel des connaissances de la médecine.

Mais le parcours administratif est bien long et pendant ce temps l’assurance CARDIF du Groupe BNP a suspendu la prise en charge des prêts et la banque y va joyeusement de ses menaces de signalement à la Banque de France et j’en passe.

Vous pouvez facilement imaginer que ces petits tracas m’occasionnent quelques difficultés quant à ma capacité à rester calme.

Si vous êtes malade et que vous avez un compte à la BNP, n’oubliez pas de les remercier pour leur don à la ligue contre le cancer. C’est tellement rare d’avoir une banque qui a un vrai sens de la solidarité et du social.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire