Lutter contre le cancer

01 juin 2016

J’ai souvent comparé la lutte contre mon cancer à un match de boxe. C’est exactement ça, si ce n’est que le combat est long et le spectacle médiocre.

Depuis la dernière cure de chimio il y a deux semaines, je ne récupère pas des coups portés. Chaque cure est comme un direct du gauche que l’on n’a pas vu venir et qui laisse des traces pendant le début du nouveau round. Le gong va bientôt sonner la fin de ce nouveau round et j’ai un genou à terre.

Le cancer marque des points et gagne du terrain.
J’ai des douleurs partout sur le corps, des problèmes gastriques qui me tenaillent le ventre, des embarras de bile et de foie, des difficultés à me déplacer et une douleur au dos qui part du rein droit et se propage jusque dans la jambe.

Vendredi prochain, bilan sanguin pour évaluer ma capacité à résister à une nouvelle cure, ainsi qu’un test de l’état des reins et du foie. Le corps arrive à saturation de chimio et la résistance s’affaiblit.

Le moral est toujours là mais il fait grise mine et il va falloir trouver rapidement une solution pour limiter ces douleurs qui perturbent le sommeil et accentuent la fatigue.

Cette situation particulièrement handicapante ne me permet plus de bouger librement et de m’occuper de taches d’entretien ou de bricolage. La météo est également aussi triste. Je ne peux rien faire d’autre que me reposer dans un fauteuil avec un bon livre, écouter de la musique et regarder la télé, bref, je m’emmerde.

Je voulais vous rédiger un petit texte sur une expérience récente de visite chez un expert médical devant les tribunaux à laquelle une de mes assurances m’avait convié pour vérifier la véracité de ma pathologie. Ce sera pour plus tard. La période que je traverse ne m’offre pas suffisamment d’inspiration pour respecter le ton d’une narration captivante.

On va essayer d’esquiver les coups pour continuer le combat dans de meilleures conditions.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire