Impact des pesticides sur les cancers et sur la santé de la planète.

22 mai 2016

Hier c’était la journée de la marche mondiale contre Monsanto et plus globalement contre les pourvoyeurs de pesticides et d’OGM.

J’ai bien évidement participé à cette marche sur Montpellier et j’en reviens bouleversé par rapport à une mobilisation et une organisation minable.

J’ai depuis toujours milité dans des domaines où l’on pouvait me considéré comme un utopiste illuminé, à la marge de l’intérêt que chacun porte sur son voisin dans cette société égoïste et insouciante. J’ai une grande expérience de ces échecs de revendications que nous avons porté avec un petit groupe de Don Quichotte, mais une participation d’à peine une poignée de manifestants pour un sujet qui concerne la santé de tous est très choquante.

Vous ne pourrez pas prétexter que vous ne saviez pas, que l’information n’était pas passée. Depuis quelques années et de façon encore plus intensive sur ces 6 derniers mois, l’actualité sur ce danger est quotidienne.

Des publications de recherches de l’INSERM, «il semble exister une association positive entre exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte: la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples).» Expertise Inserm publiée en juin 2013, une pétition de médecins alerte également sur ce sujet (Lien vers le site), les informations des médias sur les tergiversations de la commission européenne autour d’une interdiction probable de mise sur le marché de ces poisons.

Mi-mars 2015, Monsanto apprenait une bien « triste » nouvelle pour ses affaires. Son glyphosate (ainsi que quatre autres pesticides), présent dans le RoundUp, a été classé « probablement cancérogène » par les spécialistes de l’OMS (Lien vers le site).
Le travail des lobbyistes a porté ces fruits et fait son chemin, le  12 mai 2016, une majorité de sénateurs s'est prononcée pour continuer d'utiliser les insecticides néonicotinoïdes, dits « tueurs d’abeilles » (Lien vers le site).

Interpellez vos élus sur ces sujets, ne les laissez pas utiliser votre vote uniquement pour leur confort.

Il faut être sourd pour dire aujourd’hui que vous n’êtes pas informé et directement concerné.

Le nombre de cancer est en constante progression et les malades de plus en plus jeunes. En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 385 000 (211 000 hommes et 174 000 femmes) et le nombre de décès par cancer, à 149 500 (84 100 hommes et 65 400 femmes).
Le cancer du poumon reste de loin le cancer le plus meurtrier chez l'homme, devant le cancer colorectal et le cancer de la prostate. Chez la femme, le cancer du sein se situe en tête de la mortalité ; le cancer du poumon arrive juste après et le cancer colorectal se situe toujours en troisième position.

Comment expliquez-vous l’apparition de cancer de la prostate chez des personnes de moins de 50 ans n’ayant aucun antécédent héréditaire. Comment expliquez-vous cette augmentation des cancers du sein, du colon, des testicules, les lymphomes, la maladie de Parkinson…

Du latin, Pestis (fléau), les pesticides sont présents partout dans l’environnement. On peut les trouver dans l’air (air extérieur et intérieur, poussières), l’eau (souterraines, de surface, littoral, …), le sol, et les denrées alimentaires (y compris certaines eaux de consommation), et dans votre assiette.

Depuis plus de trente ans je vis au bord des vignobles qui sont copieusement pulvérisés chaque semaine d’avril à août. J’ai travaillé en période de chômage dans des cultures intensives de fraisiers où j’ai rapidement contracté une allergie transformant l’aspect de mes mains en éléphant man.

Aujourd’hui je vis au rythme de mes effets secondaires en enchaînant des cures de chimio.
Ça peut durer longtemps, ma vie n’est peut-être pas menacée à court terme, mais elle est pourrie à jamais.

C’est de la responsabilité de chacun d’enrayer ce processus. Nous ne sommes pas des moutons, du moins je l’espère.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire