Les mots ne tuent pas



19 novembre 2012

Cancer, le mot qui tue ? C’est souvent la première réaction de mes interlocuteurs, quand je rencontre des connaissances qui n’étaient pas au courant de ma maladie et me voient avec ma belle Tête de Turc.
Mais qu’est ce qui t’arrive ?
Ben, comme tu vois, ce n’est pas un rhume, c’est un cancer.
Ho, merde, j’espère que tu vas t’en sortir.
Oui, merci, moi aussi ;+))

C’est la peur qui guide mes interlocuteurs à répondre de façon si instinctive. Tout le monde a peur d’avoir le cancer, toutes les personnes que vous croisez dans la rue savent qu’il y a une recrudescence de cancer depuis quelques années. L’information sur le cancer en général est très diffuse, dans l’esprit d’un grand nombre, la chimio est l’étape qui précède le décès, alors que coté malade, on sait que ce n’est pas du tout le cas.

Je ne vous fais pas un excès d’optimisme, je constate simplement que l’information de tout à chacun est minimale.

Pour ma part, les choses sont claires, j’ai un cancer, particulièrement agressif qui néanmoins peut se soigner. Je pourrai me prendre la tête, m’écrouler par terre, pleurer à longueur de journées, ça ne changerai rien. Donc, je ne modifierai rien à ma vie de tous les jours. Mon dynamisme me permet d’être plus fort contre la maladie, viendront sûrement des moments plus pénibles, comme ceux que j’ai déjà vécu depuis le début du traitement, mais la maladie ne prendra pas le dessus.
Je ne fais pas partie des spectateurs, je suis acteur, mon cancer est sur scène avec moi, nous nous donnons la réplique. Plus j’avance dans ce voyage, plus je perçois ses forces et ses déficiences. J’ai également des faiblesses qu’il peut utiliser mais à aucun moment je ne lui laisserai le champ libre sans répliquer.

Ça pourrait être pire, je pourrai attraper la grippe, Vous saviez que l’on peut mourir de la grippe ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire