Comme un mauvais match de boxe.

7 déc 2013

Je ne vais pas rentrer dans les détails d’un combat à mains nues avec ces banquiers, ces assureurs, et le RSI. En temps normal un combat loyal, se fait dans un temps limité, contre un seul adversaire, avec des gants et une protection pour la mâchoire et les dents.

Là, rien de tout ça, je suis en état de faiblesse au départ donc autant essayer de taper plus fort et à plusieurs. Pourtant la bête se relève et entre deux joues tendues sait encore assener une bonne droite qui fait douter tout ce petit monde.

Je suis sorti du dernier match avec pas mal d’ecchymoses, le visage rougeoyant par la colère qui avait accentué les flushs et une impression de vertige qui me prévenait des limites que je ne peux dépasser.
C’est inouïe de constater à quel point l’être humain agit comme un petit soldat par rapport à sa hiérarchie sans aucun rapport avec le bon sens.

Mandela vient de mourir et tout le monde salue la sagesse de ce personnage qui restera dans l’histoire de la planète comme un symbole de paix et de tolérance. Si seulement ces êtres qui honorent cet homme pouvaient simplement essayer d’appliquer ces principes, la vie serait tellement plus sereine sur notre terre et dans les échanges quotidiens qui ne se feraient plus sur un principe du dominant et du dominé.

Messieurs, vous ne serez pas plus heureux par vos succès en essayant à tout crains d’être le locataire du sommet du donjon. J’ai bien connu cette sensation du moins cette tentation et puis, la maladie m’a rattraper et là bien des points de vue deviennent très relatifs, l’échelle du temps n’est plus la même, et les priorités sont quelques peu chamboulées.

Je vais continuer à résister et à revendiquer mes droits pour m’offrir au moins un minimum ce temps, l’esprit tranquille, à profiter de la vie.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire