Les urgences et les contraintes du quotidien.



8 août 2013

A moins d’avoir de solides assurances, ce qui est rarement le cas, le cancer va inévitablement vous conduire dans des difficultés financières. Depuis des mois je ne peux me payer régulièrement pour essayer de ne pas perdre l’entreprise que j’ai développée.

Aujourd’hui je suis en arrêt longue durée, je ne travaillerai surement plus de ma vie, n’en ayant plus la capacité physique et mentale. Ma banque ne me considère pas encore comme un cas d'incapacité totale de travail ce qui lui permet de continuer de me faire payer les remboursements de mes prêts pendant 3 mois. Alors que ce terme d'incapacité totale de travail devrait permettre une prise en charge immédiate de mes échéances par les assurances que j’ai contracté avec ces prêts.

Que va-t-il se passer ?
Je suis dans le rouge sur tous mes comptes et je n’ai plus de salaire. Les indemnités que je vais toucher de la caisse d’assurance maladie ne couvriront pas les frais pour remplir le frigo de la famille chaque mois.
La banque ne va pas me couper les vivres, elle va simplement me taxer avec des frais qui vont creuser le découvert.

A titre d’exemple, la BNP puisqu’il faut bien nommer les choses quelques fois, donc la BNP, qui pendant toutes mes années « confortables » ne m’a jamais posé de problèmes et a bien profité de mon argent et des différents comptes de toutes la famille va commencer par m’expédier un courrier tous les dix jours pour me signifier mon dépassement de découvert autorisé, chaque courrier est taxé 26.00 € sur votre compte, sur trois mois je vais en avoir pour 234.00 € de courriers, plus les autres frais de rejets …

Ça s’appelle les contraintes du quotidien. Je suis coupable d’avoir un cancer sans avoir prévu le coup.
Les urgences et les contraintes du quotidien vont surement devenir la principale occupation. Il ne faudra pas trop perdre de temps à se soigner pour en garder un peu pour la gestion de survie et réfléchir à la meilleure solution pour ne pas disparaître en laissant des dettes.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire