La curcumine, ça marche !



10 janvier 2013

Le 29 novembre 2012 après un bref entretien avec l’oncologue, je suis passé dans une phase de créneau thérapeutique, une période où le corps du malade est mis au repos pour reprendre une nouvelle phase avec d'autres traitements et continuer à lutter contre cette saloperie.

Au moment de la décision de ce créneau, le PSA était à 91, c’est d’ailleurs ce chiffre qui restait très haut qui a justifié l’arrêt de la chimio. L’action des cures n’était pas suffisamment visible pour justifier une suite sur le même protocole. Trois mois avant cette décision, le PSA était à 104, passer de 104 à 91 en trois mois est pour le moins très faible comme réaction.

Cela fait maintenant 2 mois que je n’ai plus de traitement, pas le moindre produit pharmaceutique en dehors du traitement hormonal de fond. Les cheveux repoussent et la forme revient. J’ai profité de cette pose pour mettre en application une médication dite douce ou parallèle, la curcumine. Voir mon message du 19 septembre à ce sujet.

Les effets ne se sont pas fait attendre, le dernier contrôle de PSA  est à 53. Il y a surement la suite des effets de la chimio qui y est pour quelque chose mais sans plus, la chimio ayant fait passer le PSA de 104 à 91 en trois mois, j’ai du mal à lui attribuer une longue traine qui serait plus active après le traitement. Les effets de la curcumine sont très visibles. J’ai associé à ce traitement quotidien un autre traitement pour faciliter la circulation et le drainage sous forme de gélule d’OPC de raisin.

Les Oligomères ProCyanidoliques (OPC) sont des molécules naturelles très répandues dans la nature. Elles sont contenues entre autre dans les pépins de raisin, j’adore le raisin. Leur particularité, permettre aux vaisseaux, veines, artères et capillaires de rester souples, élastiques, les (OPC) sont capables de régénérer tout notre système cardiovasculaire.

Ma jambe gauche qui était à un stade d’œdème très handicapant et soi-disant définitif est devenue plus souple, l’œdème a considérablement diminué, les fibroses qui épaississaient l’épiderme ont régressé et les douleurs et brulures que je ressentais en fin de journée dans la cheville gauche sont beaucoup moins intenses. J’ai par ailleurs continué les massages de drainage lymphatiques trois fois par semaine.

Mon constat est très clair, les compléments alimentaires, puisque c’est naturellement les qualificatifs que l’on doit donner à la curcumine et aux gélules d’OPC, pour moins de 50 € par mois, sont d’une efficacité redoutable qui est la bienvenue en complément des traitements médicaux traditionnels.

2 commentaires :

  1. Le curcuma a de nombreux avantages thérapeutiques. Dans mon entourage deux autres personnes avec des problèmes de santé très graves ont été "sauvés" par cette épice.

    Fruit de la racine du safran, les deux épices sont souvent confondues dans les îles où on leur prête le même nom.

    Lors de mon voyage à la Réunion il y a deux ans j'ai pu voir de mes yeux les cultures artisanales qui y subsistent et j'ai ramené des produits particulièrement riches :
    - du curcuma "de luxe" qui est réalisé à partir des meilleures racines de la plante qui a très peu d'impuretés
    - du sirop de curcuma, que l'on a du mal à trouver en import mais qui, en plus d'agrémenter superbement le rhum arrangé, peut s'utiliser comme médicament contre la toux ou dans la cuisine.

    Si ces produits t'intéressent j'ai quelqu'un sur place qui peut probablement m'en faire parvenir.

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  2. La curcumine est le pigment principal du curcuma (Curcuma longa), aussi appelé safran des Indes. Mais ce n’est pas pour autant issu du safran. Le safran est une plante à bulbe, le curcuma longa une plante à racine ligneuse, un peu comme le gingembre.
    L’important est que ça fasse du bien. Merci pour ta proposition de deal, pour le moment j’ai mes fournisseurs.

    RépondreSupprimer