Pourquoi on n’essaye pas le Zytiga



5 décembre 2012

Pour les patients chez qui le cancer progresse durant ou après la chimiothérapie, un nouveau médicament a reçu un avis positif de mise sur le marché de la Commission européenne.

L'acétate d'abiratérone, une alternative pour les patients en échec de traitement

Le but du traitement est de bloquer la synthèse d'androgènes. Pour y arriver, l'acétate d'abiratérone (commercialisé sous le nom de Zytiga ® par le laboratoire Janssen Cilag) bloque une étape nécessaire à la production d'androgènes (en inhibant le complexe enzymatique CYP17 agissant au niveau des trois sources d'androgènes - testicules, glandes surrénales et tissu tumoral).

Ce traitement réduit la fatigue rapportée par les patients. Mesurée par les patients au moyen d'un questionnaire standardisé à plusieurs reprises au cours de l'étude, l'augmentation de la fatigue et de ses conséquences sur la vie quotidienne, l'humeur, la marche, le travail, les relations et la joie de vivre était significativement retardée chez les patients sous acétate d'abiratérone. "La fatigue intense est un effet secondaire extrêmement pénible de certains traitements contre le cancer de la prostate, et la recherche explorant des options thérapeutiques en causant moins est précieuse pour les patients et leurs familles".



Détails sur le ZYTIGA par la Haute Autorité de la Santé

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire