Perturbateurs endocriniens

3 janvier 2016

Couples infertiles, fausses couches, faibles poids de naissance, cancers de l'appareil reproducteur...

A force de voir toute les pathologies augmenter dans leur patientèle, gynécologues et obstétriciens ont décidé de tirer le signal d'alarme. C'est la fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique, regroupement d'associations présentes dans 125 pays, qui alerte : "Nous sommes en train de noyer le monde dans des produits chimiques non évalués et non sûr et nous en payons le prix fort en termes de santé reproductive." Le texte met en cause les pesticides, les polluants de l'air (intérieur et extérieur), les plastiques et solvants entre autres, et plaide pour une politique de protection des populations. Au même moment, l'Endocrine Society, société savante d'endocrinologie, confirme l'existence de nouvelles preuves de toxicité des perturbateurs endocriniens, ces composés capables d'interférer avec notre système hormonal et que l'on retrouve dans les polluants chimiques cités plus haut.

Non contents de favoriser des pathologies telles que les cancers hormono-dépendants (sein, ovaire, prostate) ou les maladie thyroïdiennes, ils compteraient aussi parmi les responsables des épidémies d'obèsité et de diabète. Malheureusement, sous l'influence des lobbies de la chimie, Bruxelles traîne les pieds pour définir précisément les perturbateurs endocriniens, ce qui permettrait de les soumettre à une règlementation plus stricte que les autres produits chimiques

Extrait de que Choisir 

Pour ce qui est des cancers hormono-dépendants, il y a bien longtemps qu'il n'y a plus rien a prouver au niveau des conséquences de ces produits. La Région des Antilles est le secteur du monde le plus touché par ces cancers avec une hérédité quasiment certaine. Le chlordécone, est l'un des insecticides utilisé aux Antilles dans les bananeraies pendant une vingtaine d’années, une étude de l’Inserm et du CHU de Pointe-à-Pitre établit clairement le lien entre l’exposition à la molécule et le risque de cancer de la prostate. En France les viticulteurs et agriculteurs sont particulièrement exposés. Il y a quelques années, j'ai sarclé des fraisiers en hiver pour simplement arrondir les fins de mois dans une période de chômage. Les pieds des fraisiers étaient gelés, d'une glace bleu turquoise, qui provenait de l'irrigation des champs. Deux jours plus tard, j'ai du arrêter ce travail, mes mains étaient enflées comme des baudruches.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire