Lettre ouverte à mes médecins



1 décembre 2012

Je viens de passer la sixième cure du traitement chimio sous taxotère. C’est le moment du bilan avec l’oncologue avec une analyse du sang, et un scanner.
L’analyse sanguine fait ressortir que rien n’a évolué ou très modérément, le PSA est à 91.
Le scanner fait ressortir de nombreux « petits kystes spléniques » en terme clair des ganglions potentiellement métastasés (tous supérieurs à 1 cm) ainsi qu’un bombement de la prostate.
Il y a également une formation ostéocondensante sur la hanche gauche (peut être interprété comme une métastase osseuse)

A l’énumération de ces résultats, suite à la chimio, j’ai l’impression que les choses ne vont pas dans le bon sens et que la propagation du cancer va doucement, mais va sûrement gagner du terrain.

Je n’avais pas de métastases osseuses, j’en ai. J’avais des métastases sur les ganglions qui bloquent la lymphe, après le traitement des six cures j’en ai encore et régulièrement je ressens de faibles douleurs.
J’ai la jambe gauche en œdème avec douleurs à la cheville depuis plus de six mois, rien n’a évolué sur ce plan.

Votre diagnostique en 10 minutes de consultation est surprenant. Vous commencez par me dire que pour la jambe, je peux arrêter les séances de kiné, ça ne sert à rien puisqu’il n’y a pas de changement. D’ailleurs, il n’y en aura pas, votre jambe restera comme ça, vous ne retrouverez pas la mobilité que vous aviez, il faut faire avec.

Pour le reste, vous jugez l’évolution du PSA trop faible pour justifier d’autres cures de chimio, donc on arrête tout, et vous m’invitez à vous téléphonez si j’ai mal.

Je ne suis pas d’accord avec ce diagnostique, bien sûr que les choses ont bougé, au début du traitement de chimio le PSA était à 400, au bout de trois cures il était tombé à 110, c’est à ce moment qu’à ma demande j’ai changé d’équipe parce que la communication était inexistante. Votre jugement ne prend pas en compte l’historique de la maladie, vous ne comparez pas le dernier scanner avec l’ancien que j’ai déposé sur votre bureau, vous ne prenez en compte que le PSA du début de la quatrième cure pas celui d’origine.

Et je me retrouve à l’extérieur de l’hôpital avec mon cancer et plus de traitement. Je dois dire que j’ai un peu de mal à digérer la méthode, j’ai simplement une ordonnance pour un contrôle sanguin toutes les six semaines et un rendez vous de contrôle dans trois mois avec l’oncologue.

Je ne suis pas médecin, et votre décision est sûrement justifiée, je suis simplement le patient qui patiente avec son cancer qui va évidemment évoluer puisque les métastases sont toujours présentes et que rien est fait pour limiter leur progression.

Je ne comprends pas. Je suis passé d’un coup de la confiance à la peur.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire