La nostalgie contient de l’adrénaline

15 oct 2013

Je ne vais pas vous faire une crise de nostalgie, bien que dans ma situation la nostalgie des bons moments vécu est plus de l’adrénaline que du blues. Vers la fin des années 70 j’étais étudiant et comme tous dans ce cas ou du moins je le souhaite à tous j’ai connu d’intenses moments de délire avec deux complices, Michel et Thierry. Aventures, Voyages, Cinéma, Rock & Roll, soirées ou même après midi arrosées et délire en tout genre sans retenu et sans obligation, l’époque le permettait.

Cette période dans la vie est toujours limitée et en générale disparaît avec les obligations professionnelles, la vie de famille et tout le tintouin que je ne regrette pas non plus, loin de là... C’est effectivement ce qui s’est passé, nous nous sommes perdu de vue peu de temps après l’entrée dans la vie active, celle qui tue votre insouciance et vous fait rentrer dans un moule.

Le hasard des rencontres au fil du temps a fait que Michel et moi nous sommes croisé à quelques reprises, pratiquant le même métier et étant descendu tous les deux vivre dans le sud, les rencontre même fortuites ne pouvaient qu’arriver. Thierry lui était parti de l’autre côté de l’atlantique, en Guyane, et là il n’y avait pas de pont et plus aucun contact.

Nous avons renoué des contacts avec Michel il y a deux ou trois ans et malgré les aléas de la vie, nous nous rencontrons de temps en temps. A sa dernière visite je l’ai informé au sujet du voyage avec mon cancer et du stade avancé de ce dernier, quelques jours plus tard j’ai été contacté au téléphone par Thierry. Merci Michel...
Je ne peux pas vous décrire le bonheur que ça procure. La conversation très décousue, où tout se mélangeai, où l’un parlait en même temps que l’autre tellement nous avions à nous dire m’a fait plus de bien que tous mes médocs. Au bout de 2 heures j’ai dû interrompre à regret cet échange, en espérant le renouveler rapidement.

Je ne sais pas si ça a influencé, mais les jours qui ont suivi, je pétai la forme.

Je vous le confirme, la nostalgie contient de l’adrénaline, et c’est de la bonne…

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire