Ma prostate & mon embonpoint

11 nov 2013

Je viens d’enfiler mon vieux jeans pour bricoler en fermant le bouton de la ceinture sans aucun problème. Il y a un souci, ma moitié aurait-elle trouvé le moyen d’élargir le tissu, parce qu’au lavage, les jeans ont plutôt tendance à se resserrer et celui-là, vu son âge, ne bouge plus depuis longtemps. Il faut se rendre à l’évidence, j’ai perdu du poids.
Comme toute personne de mon âge, je devrais m’en réjouir, mais voilà, dans mon cas je ne crois pas que ce soit bon signe.

Je vous ai suffisamment rabattu les oreilles ces derniers temps avec mon embonpoint et cette antipathie qui se développait face au miroir de la salle de bain, que j’hésite à rentrer dans une psychose de perte de poids. Depuis quelques mois j’ai pris environ dix kilos. Je n’ai rien fait pour perdre un gramme et suite à quelques semaines entrecoupées de périodes de grosses fatigues je perds de deux à trois kilos sans rien changer à mon rythme alimentaire. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

Mon nouveau traitement avec Enzalutamide donne entière satisfaction à mon oncologue et je dois dire qu’en dehors de ces périodes de fatigues intenses que je n’avais pas connu précédemment, j’ai également gagné en confort. La perte de poids n’est pas perceptible sur le plan physique, j’ai toujours le visage bouffi avec les pommettes rougeoyantes qui font penser à un vieux paysan qui vit au plein air et pousse un peu sur la gnôle, au détail près que la gnôle ne fait pas partie de mon régime et que le plein air, je l’ai toujours connu sans pour autant afficher ces « flushs »

Je vais surveiller ça de près et en discuter avec mon toubib dès demain. Aujourd’hui nous sommes presque à mi-novembre, le temps est radieux, je vais arroser mon potager et récolter mes tomates, ça aussi ça ne me semble pas vraiment dans les normes, mais bon, tout va bien…

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire