Mister flushs

18 nov 2013

Un petit retour sur ma bonne mine…
Si on peut appeler ça, comme ça, parce que ce matin ça a pris des proportions rarement affichées. Le temps est gris et pluvieux et la moindre couleur automnale ressort. C’est peut-être ce contraste qui fait qu’en me regardant dans la glace j’ai encore eu un mouvement de recul. Le flush dont je vous parle, n’a rien à voir avec une main de cinq cartes de la même couleur au poker. Un flush est une manifestation cutanée par accès, se caractérisant par une coloration rouge intense, c’est le seul rapport avec les cartes à jouer, donc, rouge intense, et passagère du visage, du cou et de la partie supérieure du tronc plus globalement.

Au-delà de la rougeur je ressens comme un fourmillement, je ne sais pas comment l’exprimer, une chaleur, mêlée à de légers picotements, comme une grosse crise de timidité face à un événement que l’on a peur de ne pas maîtriser.

Et le fait est que là, je ne maîtrise plus rien. Il est presque évident que ces flushs sont un des effets secondaires de mes médocs et entre autre de l’Enzalutamide, qui chamboule complètement l’équilibre hormonal. Les hormones normalement sont là pour gérer un certain équilibre, le cancer de la prostate est par définition un dérèglement de cet équilibre et les médocs qui tentent de réguler tout ça vont pousser le bouchon un peu loin parfois, mais ça peut également être signe avant-coureur d’autres problèmes vasculaires.

Alors on va surtout être très vigilant sur les résultats d’analyses du sang pour éviter un poids de plus.

Si vous me croisez, ne me dites pas "comme tu as bonne mine ! ", je pourrais le prendre mal et mon déséquilibre hormonal a bien affuté ma mauvaise humeur légendaire.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire