Je n’ai pas de réponse


15 août 2012

En temps normal, je dors très peu, mais là, j’atteints des records. Dès que je suis en position couché, j’ai mal à la tête ; de plus et ça, je n’y peux rien, j’ai les pensées qui se bousculent.
Il faut que je consulte pour avoir un soutien psychologique, ainsi que pour ma famille. C’est impossible de faire correctement ce parcours sans le soutien de personnes extérieures au problème. J’ai besoin de connaître les différentes possibilités envisagées.
Ce que j’ai est incurable, les toubibs ne savent pas aujourd’hui guérir ce type de cancer, ils n’en connaissent d’ailleurs pas les origines. Quand ils mettent un protocole en place, c’est au mieux pour limiter la propagation sans connaître le temps et la réaction que cela aura. Les décisions se prennent sur la constatation des résultats médians des traitements appliqués sur de précédents malades.
A 54 ans je suis dans la plus mauvaise position par rapport aux risques de propagation. Il n’y a pas besoin d’être toubib pour connaître tout ça. Par contre quand très directement je demande des précisons ou du moins une estimation sur le plan vital, on entend les mouches voler. 2 ans, 5 ans, plus, je crois me poser ces questions naturellement et je n’ai pas de réponse.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire