Les non-dits

29 octobre 2012

Je reprends ce message posté hier à partir de mon téléphone suite à un coup de blues .Ce n'est plus un problème lié aux questions et aux réponses, la nouvelle équipe qui m'a pris en charge, répond très simplement à toutes mes requêtes.
C'est simplement une constatation des dégâts collatéraux. Je n'ai plus totalement ma capacité de concentration et ma réflexion de disponible. Je viens de passer une bonne minute à trouver le terme concentration pour utiliser le mot juste.
C'est sûrement une conséquence du traitement. Mais c'est aussi un poids de tous les instants.
Je voudrai me poser pour lire un peu, j'ai deux bouquins en cours, un polar et un essai socio-économique. Je n'arrive pas à me plonger dans la lecture plus de 2 minutes et suis obligé de reprendre quelques pages à chaque fois pour suivre le fil du récit.
Pour les dossiers à rédiger ou à consulter le problème est identique.
Dans la journée je vois l'équipe soignante pour ma chimio, avant l'injection il y a toujours un entretien avec le médecin pour bien évaluer l'avancé du traitement, le sujet du jour sans aucun doute sera de lancer une réflexion sur la possibilité de travailler sur cette concentration. Il est très frustrant de constater que la tête ne va pas à la même vitesse que le reste du corps.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire