Quand le silence prend la place d’un manque de communication



10 octobre 2012

Pour faire suite au dernier message, si d’aventure je recevais des nouvelles de mon ancienne équipe médicale de la clinique Clémentville chargée de mon suivi de chimio, je vous en informerai rapidement, pour le moment ce n’est pas le cas. Ce silence me laisse très perplexe, non pas qu’ils me manquent, puisque mes questions sont toujours restées sans réponses, mais simplement parce qu’ils étaient sensés être responsables dans le cas présent de mes soins et un peu de ma survie.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire