Le travail du dimanche bientôt obligatoire ?

7 octobre 2012

 

Dimanche, pour certains le jour du seigneur, pour d’autres celui de l’apéro et du tiercé, pour moi une journée de travail comme les autres entrecoupée de pauses puisque le mi temps dans mon cas consiste à étaler la durée du travail sur l’ensemble de la semaine.

Dans le même temps, des menaces pèsent sur le repos dominical d’un grand nombre d’employés en France. Entre productivisme, matérialiste à outrance et art de vivre, un vrai choix menacé. L’art de vivre est le point qui devrait passer avant toutes choses. C’est le choix de vie qui m’a obligé à étaler mon temps de travail sur 7 jours puisque rien n’est prévu au niveau social pour soutenir un chef d’entreprise en longue maladie.

Paradoxe, à une autre époque, j’étais militant pour le travail partagé en revendiquant la semaine de 4 jours, soit 32 heures, pour permettre de diminuer le taux de chômage en partageant les emplois qui restent. Je n’ai pas changé d’avis sur la question du partage, je pense même qu’une société sans partage n’a pas d’avenir. D’ailleurs, ce concept ne se limite pas au travail (conseil de lecture : La troisième révolution industrielle de Jeremy Rifkin).

Ma semaine de 7 jours m’est imposé pour tenter de conserver mon entreprise. Dans le cas du travail partagé, c’est exactement le contraire, le partage des emplois permettrait de donner du pouvoir d’achat à ceux qui n’en ont plus et donc par la même d’augmenter cette fameuse productivité. Mettre la productivité au service des citoyens qui pourraient tous profiter de ses fruits.Plus de travailleurs, c'est plus de cotisation et donc une couverture sociale plus forte.

Avec un partage équitable du travail, l’économiste Pierre Larrouturou estime que 1,5 million d’emplois pourraient être créés. Initiateur de la semaine de quatre jours, Pierre Larrouturou a été le premier à proposer du temps de travail partagé sur la base de la semaine de 4 jours à 32 heures. La répartition se ferait à la carte, en fonction de l’activité et de la profession. En échange de cotisations sociales, les entreprises s’engageraient à embaucher en CDI. Le concept a abouti à la « loi Robien » en 1996. Facultative, elle n’a été mise en place que dans 400 entreprises.

Pierre Larrouturou avait quitté le parti socialiste pour Europe écologie les verts, qu’il a également quitté ne retrouvant pas ses valeurs dans l’accord de campagne électorale en 2012 avec le PS .

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire