Malade à mi temps



14 septembre 2012

La maladie est là et bien là, un cancer ce n’est pas une grippe et l’impact des examens, des interventions, des traitements et de la fatigue est très lourd à gérer. Je m’étais promis de travailler à mi temps afin de garder une part de vie privée pour donner à mon corps et mon esprit la sérénité qu’il faut pour lutter contre cet intrus. 


Depuis deux semaines, c’est impossible de respecter cette promesse. La maladie n’est pas là à mi temps, elle me pourrit la vie à tout instant et je n’ai plus l’esprit suffisamment disponible pour me concentrer sur le travail. Pourtant, il faut le faire ce boulot et il faut la garder cette réputation de qualité de service. J’ai besoin d’aide dans l’organisation et la gestion de l’entreprise et je ne sais pas vers qui me tourner. Je traîne ce poids comme un second cancer qui m’empêche de dormir. Moins je dors, plus je creuse au plus profond de moi pour trouver des solutions qui ne viennent pas.

Pendant ce temps, les dossiers en cours prennent du retard, le suivie des clients est limite à l’abandon, la recherche de perspectives sur des nouveaux marchés au point mort. Je n’ai quasiment plus de projets en cours, au milieu du désert, le réservoir à sec et la gorge serrée.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire