Se soigner presque par les plantes



19 septembre 2012


Nos amis canadiens sont très à la pointe de la recherche sur le cancer, ils on édité un petit guide sur le cancer de la prostate très bien documenté dont je vous partage un extrait ci-dessous.

Avant 2004, aucun médicament chimiothérapeutique ne pouvait prolonger la vie des hommes atteints du cancer de la prostate.

Cette année-là, deux études internationales ont confirmé que le Taxotère, un agent de chimiothérapie fabriqué à base d’aiguilles provenant du bois d’if d’Europe, améliore le délai de survie et la qualité de vie des hommes atteints d’un cancer de la prostate évolué réfractaire à l’hormonothérapie.

En règle générale, la chimiothérapie emploie des médicaments qui circulent à travers le corps dans le but de supprimer les cellules cancéreuses. Taxotère, qu’on utilise depuis 1995 pour le traitement du cancer du sein et du poumon, élimine les cellules cancéreuses en perturbant la formation de leurs structures internes, les empêchant ainsi de se diviser et de se multiplier. Toutefois, pour le traitement du cancer de la prostate, les médicaments chimiothérapeutiques sont utilisés notamment au stade réfractaire, lorsque l’homme ne répond plus à l’hormonothérapie. Certains agents de chimiothérapie, tels que la mitoxantrone (Novantrone et Onkotrone), sont utilisés principalement pour soulager la douleur associée aux stades tardifs de la maladie. Cette forme de chimiothérapie palliative aide grandement à améliorer la qualité de vie des hommes atteints d’un cancer au stade évolué, mais ne prolonge pas le pronostic vital.

La découverte que le Taxotère prolonge la vie du patient (normalement d’environ 25 % par rapport aux patients similaires qui ne prennent pas ce médicament) et diminue également la douleur associée à la maladie au stade évolué, a entraîné la poursuite de recherches visant de meilleures options de traitement pour les hommes présentant un cancer de la prostate réfractaire à l’hormonothérapie.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire